Calvary

« Je voulais faire un film sur un bon prêtre » déclarait John Michael McDonagh au moment de la promotion de Calvary. C’est peut être là le grand très d’humour d’une tragi-comédie au rire amer. Un pied de nez à l’air du temps par un réalisateur bien décidé à se faire l’avocat du diable ou, en l’occurence, d’un Dieu chahuté quotidiennement par le pessimisme ambiant, le matérialisme omni-présent sans oublié les scandales sexuels qui se suivent et se ressemblent tristement. Calvary a presque un goût de mauvaise blague, typique d’un humour pince sans rire qu’on dira de famille tant la ressemblance entre … Continuer de lire Calvary

Maléfique

Quand on parle de l’image de la femme dans les dessins animés Disney, on ne peut s’empêcher d’évoquer le sexisme vieux jeu d’un Blanche Neige et les septs nains et son héroïne qui trouve le bonheur en faisant le ménage et la cuisine pour ses compagnons masculins. Les choses ont certes changé chez Disney mais même en cherchant à se montrer moins conservatrice, la société n’a jamais su remettre totalement en question cette image traditionnelle de la femme définie par sa beauté, son amour des autres et sa fragilité, y compris dans ses productions les plus récentes. Le fait est qu’en … Continuer de lire Maléfique

Tel père, tel fils

On dit du cinéma de Hirokazu Koreeda qu’il tient de celui de Yasujiro Ozu. La comparaison est flatteuse et même compréhensible tant Koreeda semble partager les obsessions familiales et les questions existentielles du réalisateur de Tokyo Story, mais la démarche est-elle vraiment la même? Là où Ozu filmait le quotidien de ses contemporains avec un minimalisme et une sobriété qui rappelle ce que les créateurs du Dogme tentèrent de faire plus tard en Europe, Koreeda use toujours d’un certains sensationnalisme pour explorer un Japon qui se cherche encore. Poupée en plastique prenant vie dans Air Doll, et maintenant échange de … Continuer de lire Tel père, tel fils

Mud

En à peine 3 films Jeff Nichols a réussi l’exploit de s’imposer comme l’un des jeunes cinéastes américains les plus talentueux du moment. Les deux pieds dans l’eau boueuse du Mississipi, c’est à travers Mud, menteur et fugitif au grand coeur que Nichols souligne la dualité d’un Sud violent et romanesque. Sans aller jusqu’à dire que le film bascule dans le fantastique, Mud se plait à entretenir tout du long sa part de merveilleux, alignant les personnages excentriques et les situations rocambolesques avec une générosité quasi enfantine. Mais après tout c’est bien de l’enfance qu’il s’agit ici. Mud, comme son … Continuer de lire Mud

Stoker

On l’oublie un peu mais la fameuse Korean-Wave qui déferle sur le monde, ce n’est pas seulement des chanteurs et des groupes de musiques un peu exubérants mais c’est aussi un nombre grandissant de jeunes cinéastes prometteurs. Parmi eux, Park Chan-Wook fait presque figure de vétéran mais son Old Boy reste, dix ans après, une oeuvre culte qui continue d’inspirer cinéastes coréens et américains. On ne s’étonnera donc pas de retrouver Park Chan-Wook à Hollywood même si le pays de l’oncle Sam n’a pas toujours été tendre avec les cinéastes asiatiques. On se souvient ainsi des films catastrophiques que John … Continuer de lire Stoker

The Place Beyond the Pines

Après des débuts prometteurs, Derek Cianfrance était attendu au tournant. Un second film est toujours un passage un peu angoissant surtout lorsqu’on à derrière soit une oeuvre aussi grandiose et ambitieuse que Blue Valentine. Le réalisateur a cependant eut la bonne idée d’éviter le piège de la redite, préférant changer de registre pour aller chasser sur les terres du polar, genre quelque peu encombré mais sur lequel le cinéaste prouve qu’il a du talent à revendre. Un peu comme Blue Valentine, The Place Beyond the Pines surprend par une narration non linéaire. Si le premier film misait sur des allers … Continuer de lire The Place Beyond the Pines

Spring Breakers

Vendu comme un thriller sexy pour ados adeptent de teen-movies corsés, Spring Breakers pouvait au moins compter sur la réputation de Harmony Korine, réalisateur hors norme et porte parole d’une jeunesse marginale et désaxée, pour attirer l’attention. Collaboration entre les starlettes de Disney Selena Gomez et Vanessa Hudgens,  Ashley Benson une des vedettes de Pretty Little Liars et le chaméléonesque James Franco casté en gangsta-rappeur, Spring-Breakers ne pouvait n’être qu’un film hors norme et si on l’attendait original et déjanté, on ne l’imaginait pas aussi réussi. Il n’est pas si jeune Harmony Korine mais c’est pourtant l’un des rares cinéastes … Continuer de lire Spring Breakers

Flight

Il est difficile de cerner Robert Zemeckis. La filmographie du réalisateur de Retour vers le futur et Forrest Gump est marqué d’un éclectisme tel que ses oeuvres sont parfois stylistiquement et moralement totalement opposés. Difficile en effet de croire que le cinéaste qui ventait la réussite matérialiste de Marty à la fin de Retour vers le futur soit aussi celui qui faisait de Chuck Noland un personnage plus seul et isolé que jamais à son retour en Amérique à la fin de Seul au monde.  Difficile aussi de croire que le réalisateur sobre et académique à l’origine de Forrest Gump soit … Continuer de lire Flight

Anna Karenine

Peu médiatisé, Joe Wright reste pourtant l’un des cinéastes les plus surprenant du cinéma britannique d’aujourd’hui. Il faut dire que dans une production cinématographique ou l’excentricité visuelle va toujours de paire avec une certaine frénésie de l’image (ceux qui ont vu ne serait-ce qu’un film de Danny Boyle ou de Guy Ritchie me comprendront) le réalisateur de Orgueil et Préjugé fait figure d’exception. C’est d’ailleurs à tord et parce que son nom reste attaché à l’oeuvre de Jane Austen que Wright reste considéré comme un cinéaste académique. Son parcours ne cesse pourtant de prouver le contraire, Wright est un réalisateur … Continuer de lire Anna Karenine

L’Odyssée de Pi

Première oeuvre pour la jeunesse de Ang Lee, qui nous a depuis longtemps habitué à une certaine exubérance visuelle, L’Odyssée de Pi, récit initiatique d’un adolescent perdu en mer avec un tigre apparaît comme une évidence dans la filmographie d’un cinéaste qui a souvent mis en scène des personnages brisés cherchant à reconstruire leur identité. Le combat entre l’homme et l’animal (le moi et le ça comme diraient les psys)  au coeur du film n’est d’ailleurs pas inédit pour Ang Lee qui en avait déjà fait le thème clé de son mésestimé Hulk. C’est aussi à Hulk qu’on pense en … Continuer de lire L’Odyssée de Pi