Maléfique

160545.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxQuand on parle de l’image de la femme dans les dessins animés Disney, on ne peut s’empêcher d’évoquer le sexisme vieux jeu d’un Blanche Neige et les septs nains et son héroïne qui trouve le bonheur en faisant le ménage et la cuisine pour ses compagnons masculins. Les choses ont certes changé chez Disney mais même en cherchant à se montrer moins conservatrice, la société n’a jamais su remettre totalement en question cette image traditionnelle de la femme définie par sa beauté, son amour des autres et sa fragilité, y compris dans ses productions les plus récentes. Le fait est qu’en définissant ainsi une héroïne on se doit alors de définir l’anti-héroïne par des valeurs contraires et c’est ainsi que laideur, indépendance et force de caractère sont devenus les caractéristiques majeures des grandes vilaines de l’univers Disney. Maléfique est donc un peu le mea-culpa tant nécessaire que la scoiété se devait de produire après avoir envoyé un message aussi peu pertinent à ses spectatrices depuis des décennies. Une sorte de conte de fée féministe que l’on ne croyait pas la maison de Mickey capable de produire mais qui saura marqué l’histoire du studio et peut être même lui ouvrir les portes d’une nouvelle aire plus égalitariste.

429264.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxCe sont la force de conviction du film et son manque de compromis qui surprennent d’ailleurs le plus au vu du public visé. Voir un divertissement hollywoodien où les personnages féminins ont non seulement la vedette mais sont supérieurs à leur homologues masuclins aussi bien physiquement que psychologiquement a quelque chose d’exaltant. Mais l’on s’étonne surtout de la progression narrative du film car Robert Stromberg s’est grandement inspiré de la structure des rape & revenge, sous-genre du film d’horreur où l’héroïne victime d’un viol passera le reste du film a se venger de ses asseillants, pour construire son histoire. Le viol de Maleficent est ici métaphorique bien sûre mais le malaise ressenti en voyant le roi Stéphane droguer la fée avant de lui voler ses aîles ne laisse aucun doute quant au message que le réalisateur cherche à véhiculer. Oui Maléfique est à n’en pas douter le Disney le plus sombre et le message adressé aux jeunes spectateurs n’a plus la naïveté des classiques d’antant et beaucoup sauront lui reprocher, mais l’envie de déconstruire les concepts de bien absolu et de mal absolu est louable et permet au film de construire des personnages plus humains et plus complexes. Cela permet aussi aux personnages féminins de ne plus être prisonnière d’une enième quête sentimentale mais de pouvoir se définir en dehors de celle-ci. L’indépendance de Maléfique et Aurore, est ainsi glorifier dans cette version du conte en particulier chez Aurore pour qui la rencontre avec le prince n’est plus le pilier de son existence mais un événement anodin largement tourné en dérision.

175328.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxOn déplorera en revanche le fait que les ambitions narratives du film ne fassent pas écho à une réalisation plus recherchée. Le monde des fées, théatre principal des événements du film, quoique cohérent et relativement enchanteur emprunte ainsi en majeur partie son vocabulaire au Alice aux pays des Merveilles de Burton où au Oz de Sam Raimi. Souvent prisonnier des événements de La Belle au bois dormant, Stromberg semble avoir manqué de temps pour développer l’univers de son film et lui donner sa propre identité. Dès lors que le réalisateur cherche à s’éloigner du récit pour montrer quelque chose d’épique Maléfique a donc malheureusement cette saveure de série-B mais ces tentatives restent relativement rares et ne ternissent pas durablement une aventure à la modernité insolante et rafraichissante auquel il est fortement recommander d’exposer les spectateurs de tout âge.

144269.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s